Bracelets de schiste - Détours en Bourbonnais

Aller au contenu

Menu principal :

Bracelets de schiste

Archéologie locale

Montcombroux
et l'époque néolithique

La civilisation néolithique naît au proche-orient entre -10000 et -7000 av JC et se propage en Europe pour atteindre le centre de la France vers -5200 av. JC. Le néolithique constitue un mode de vie totalement nouveau, l'homme devient producteur et vit surtout d'agriculture et d'élevage. Cette sédentarisation est marquée par la fondation de villages.

Tout cela s'accompagne de nouvelles techniques, céramique, pierre polie, tissage et vannerie apparaissent.
L'art néolithique est extrêmement diversifié dans ses progressions et ses préoccupations esthétiques. Il s'exprime majoritairement à travers la décoration d'objets utilitaires (céramiques, haches polies) mais aussi la réalisation de sculptures, parures et même oeuvres rupestres.

Si l'on trouve quelques mégalithes dans la proche région, Saint-Léon (au bois Boursin), Barrais-Bussolles (pierre de la Bruyère) ou Droiturier (pierres à cupules), Montcombroux est plus connu pour ses bracelets de schiste.
C'est en 1863, que Francis Perrot publie une notice sur un atelier de fabrication de bracelets de schiste dans l'Allier, sur la colline des Malbruno commune de Montcombroux.
Dans le département de l'Allier, on trouve quelques gisements contemporains, à Sorbier, aux Berthelots, et à Blénière à Montcombroux. (cf. Bulletin de la Société Préhistorique Française -1917).
C'est plus tard que François Thomasset de Montcombroux, trouve près de Peublanc un noyau de bracelet de schiste gravé avec des signes d'apparence à ceux de Glozel que l'on exhumera quelques années plus tard, en 1924. Malheureusement ce pauvre Thomasset s'est fait spolier sa découverte par Benoit Clément, qui a par ailleurs sévi à Glozel.

Ces restes d'occupations néolithiques ont, la plupart du temps été trouvés sous la couche de labour. Outre ces morceaux de bracelets de schiste, on a trouvé aussi quelques outils de silex.
Un noyau, lui aussi gravé de signes, a été trouvé en labourant à la Beuse. A la différence des précédents, il est très foncé, mais les signes gravés sont très proche de celui de Thomasset.

Même si certains, y voient des signes ésotériques, apparentés aux runes nordiques, nul n'est à même d'apporter la preuve que ces signes sont apparentés à une forme d'écriture existante. En l'absence de fouilles archéologiques sérieuses et officielles et sans trace d'habitat permettant de faire des datations exactes, ces vestiges de bracelets risquent d'alimenter encore l'imaginaire local pendant quelque temps.
Comme les lames de silex, les bracelets de schiste constituent des marqueurs sociaux très forts et entrent dans es circuits d'échanges. Il reste difficile pour les archéologues de définir comment ces objets voyageaient, s'il existait des sites intermédiaires, ni même si seul les bracelets et les silex étaient échangés.

bracelets de schiste
Bracelet (fragments)
Bracelet (cassures)

Bracelets et noyau de schiste (col.  H. Ségaud)

noyau (la Beuse)
Noyau (La Beuse)

Noyau de bracelet de schiste trouvé à la Beuse

(collection Mme J. Malgras - Montcombroux)

Noyau de bracelet de schiste
Noyau de schiste Peublanc

Noyau de schiste de Montcombroux
(collection Mme H. Ségaud)

Dessin du noyau de Peublanc

 
Retourner au contenu | Retourner au menu